French Eldorado : Ced' MVP du rhum arrangé

23/03/2017
French Elodrado 1

Ced' MVP du rhum arrangé 

Quand évasion rime avec passion, dégustation avec émotion, quand le goût du partage prend tout son sens très en amont... Rencontre avec Cédric Brément, Maitre Artisan inspiré, qui s'est lancé dans l'aventure du rhum arrangé. Secrètement assemblée à 20 minutes de l'océan Atlantique, entre Nantes et Pornic, la recette des Rhums de Ced' suscite une sacrée dynamique tant par la qualité recherchée de ses produits que par la démarche responsable de ce jeune entrepreneur au grand cœur. Ingénieur agronome de formation & ancien joueur de basket, Cédric innove constamment pour surprendre les papilles gourmandes de ses nombreux supporters mais c'est avant tout l'échange et l'humain qu'il vise au quotidien. On désigne comme MVP le meilleur joueur d'un match de basket en NBA (Most Valuable Player), Cédric Brément est à coup sûr un sacré meneur dans l'univers des assembleurs.


En prenant la direction de la Côte de Jade, authentique et sauvage à seulement 30 minutes de route de Nantes, mon esprit surfe déjà sur une irrésistible vague de dépaysement et de déconnection. Le ciel est ce matin là nuageux mais la lumière y est toujours magique. Cette destination incarne les souvenirs de vacances de mon enfance entre Pornic et Saint Brévin les Pins. Mais c'est à 20 minutes du littoral que j'ai rendez-vous avec Cédric Brément, nantais de 38 ans, qui s'est lancé il y a tout juste cinq ans dans la création d'une distillerie pour produire de subtils nectars, savoureux mélange de saveurs locales et tropicales. Une histoire personnelle et familiale avec le rhum pour lequel Cédric souhaite avec humilité redonner ses lettres de noblesse.

Nantes et rhum... Histoire d'un mariage arrangé

Créer la société Les Rhums de Ced' en région nantaise est avant toute chose un rendez-vous avec l'histoire. Considéré comme le 1er port d'Europe en 1704, Nantes accueille les « navires négriers » qui importent sucre, épices, café, cacao, tabac et rhum. Le port de Nantes est alors un vaste marché de réexpédition de denrées coloniales vers les autres ports d'Europe. L'alcool tropical pénètre de nombreux ports et réchauffe une population locale en quête de découverte. Dans les cafés parisiens, au milieu des années 1790, on boit déjà une boisson à la mode : le « ponche au rome ». Deux siècles plus tard, le rhum bénéficie d'un engouement international via notamment l'éclosion des bars à cocktails londoniens qui ont favorisé l'expansion de la culture rhum & cocktails. Cédric Brément écrit depuis cinq ans une nouvelle page de l'histoire du rhum à Nantes.

Une carrière d'ingénieur agroalimentaire

Dès son enfance, Cédric a deux passions : la cuisine et le basket. « Entre 5 et 8 ans, 90% des apprentissages déterminent le futur métier d'un enfant... A cet âge là, j'aime faire des gâteaux et mettre la main à la pate dès que j'en ai l'occasion pour aider ma mère. Il n'y a pas de hasard et je me souviens de ma première lettre de motivation faite à mes parents où je leur expliquais que je souhaitais travailler chez BN pour manger des chocos gratos. De fil en aiguille, je fais un BTS agroalimentaire en alternance dans le Morbihan. Je me levais tous les matins à 4 heures et je prends conscience de la difficulté du travail en usine. Mais j'ai énormément appris au contact de mes collègues, issus du milieu rural, qui m'ont transmis leur savoir avec beaucoup de bienveillance. Je décide ensuite de poursuivre mes études à l'IUP agroalimentaire de Caen d'où je ressors Ingénieur Maitre». Ce contact humain et ce sens de l'équipe a été un déclic pour Cédric.

Le goût du plaisir ensemble

Le sens de l'équipe est une force que Cédric va également savoir développer dans le cadre de sa passion pour le basket, sport qu'il démarre dès l'âge de six ans à Rezé. « J'ai fait du basket pendant presque 30 ans. J'y ai appris ce goût du partage, du plaisir ensemble, l'importance de l'humain et le pouvoir de faire confiance à l'autre. C'est également le basket qui m'a amené au rhum. En Normandie pendant mes études d'agro, je trainais beaucoup avec mes potes de basket qui m'ont fait découvrir le rhum en soirée. A l'époque, l'offre rhum n'était pas aussi développée qu'aujourd'hui. Très vite, malgré une consommation intensive et festive, j'ai réalisé l'importance de rendre à ce produit phare des Antilles ses lettres de noblesse. J'avais depuis mon enfance une vision très qualitative du rhum. A chacune de nos réunions de famille, mon grand-père nous servait son Ti Punch maison... L'apéritif était un moment sacré, convivial et familial où l'ancien douanier qu'était mon grand-père aimait partager avec nous sa recette maison. J'en garde un souvenir très précieux. »

Le goût du plaisir ensemble

Le sens de l'équipe est une force que Cédric va également savoir développer dans le cadre de sa passion pour le basket, sport qu'il démarre dès l'âge de six ans à Rezé. « J'ai fait du basket pendant presque 30 ans. J'y ai appris ce goût du partage, du plaisir ensemble, l'importance de l'humain et le pouvoir de faire confiance à l'autre. C'est également le basket qui m'a amené au rhum. En Normandie pendant mes études d'agro, je trainais beaucoup avec mes potes de basket qui m'ont fait découvrir le rhum en soirée. A l'époque, l'offre rhum n'était pas aussi développée qu'aujourd'hui. Très vite, malgré une consommation intensive et festive, j'ai réalisé l'importance de rendre à ce produit phare des Antilles ses lettres de noblesse. J'avais depuis mon enfance une vision très qualitative du rhum. A chacune de nos réunions de famille, mon grand-père nous servait son Ti Punch maison... L'apéritif était un moment sacré, convivial et familial où l'ancien douanier qu'était mon grand-père aimait partager avec nous sa recette maison. J'en garde un souvenir très précieux. »

La recette de Ti'Punch familial

Cédric cherche alors une manière de consommer du rhum de qualité, de façon décomplexée tout en proposant une offre plus accessible, savoureuse et cosmopolite. Le Rhum arrangé lui apparaît alors de façon évidente ! « J'ai naturellement une vraie sensibilité en recherche et développement, j'aime toucher le produit, créer de nouveaux concepts, me challenger en matière d'innovation et de qualité. » Cédric achète du rhum, des fruits et démarre dans sa cuisine avec une recette mangue-passion, puis ananas. « J'ai réalisé mes propres rhums arrangés et je les ai fait déguster à la fin de mes matchs de basket ou en soirée. J'avais envie de tester mes recettes dans les moments de partage et de convivialité en famille ou entre amis. J'ai récolté pas mal de commentaires qui m'ont permis d'affiner ma recette au fil des années. »

Bouteille à l'Université des Spiritueux

Alors qu'il est Responsable de Production sur une chaine de transformation au sein de la société Adrimex (crevette) depuis cinq ans en Pays de la Loire, Cédric réalise qu'il a de plus en plus de difficultés à concilier son activité professionnelle, la production et les dégustations de ses rhums, les entrainements, compétitions avec l'équipe de Pornic en Nationale II et sa vie de famille (il est papa pour la première fois en 2007, puis en 2009). « En janvier 2011, ma femme me met gentiment un ultimatum et nous décidons ensemble qu'il est temps que je fasse de ma passion mon activité principale. Je me souviens très bien que mon premier contact a été via Viadéo... Je suis entré en relation avec Jean-Luc Breau de l'Université des Spiritueux de Segonzac et suis parti lui faire déguster mes recettes perso... Après dégustation, il m'explique avec son vocabulaire d'expert que mes produits sont parfaitement équilibrés, entre rhum, sirop et fruit. Je me suis senti super fier. Cinq ans plus tard, ma bouteille fait partie de la bouteillothèque de l'université... Cette rencontre a été LE déclic qui m'a mis en confiance pour me lancer dans la grande aventure de l'entrepreneuriat. Jean-Luc me mettra en relation avec de très bons clients comme Freddy Lucina (La Cave A'rhûm à Paris) qui me passera une de mes premières commandes et m'ouvrira les portes du marché parisien. »

Scotché par la trame whisky du pomme-gingembre

L'entreprise est créée en septembre 2011 et Cédric intègre son premier atelier de production en octobre 2011. « Dès le démarrage, j'ai évidemment été très vigilant sur les contraintes sanitaires à respecter et la démarche qualité à mener dans le cadre de mon activité de distillateur « Premium ». Utilisant un Rhum de qualité supérieure, des fruits récoltés à parfaite maturité au soleil, et fabriquant tous mes rhums arrangés à la bouteille, je démarre avec une gamme de six produits : mangue-passion, ananas Victoria, pomme-gingembre, carambole-passion, banane-kiwi & pomme-poire Bio. Avant même d'obtenir l'autorisation des douanes pour lancer ma production, je pars tester mon concept auprès des cavistes avec mes échantillons. J'ai la chance de pousser la porte des Clés de la cave à Vallet et de rencontrer Jean-Guy Merlaud. Grand amateur de whisky, le caviste est « scotché » par la trame whisky de mon rhum arrangé « pomme-gingembre ». C'est devenu un ambassadeur de premier choix pour moi. Un mois plus tard, mon carnet de commandes est bien entamé lorsque les douanes me donnent mon permis de production. »

Remettre la convivialité au cœur du rhum arrangé

Le rhum arrangé a ce potentiel fou qu'il sait fédérer toutes les générations autour de ses arômes alcoolisés fruités, son imaginaire autour de l'évasion... Il y a très peu d'offre sur le marché des spiritueux autour de 30°. « Mon approche a été de sublimer cette soif de partage et d'échanges en proposant une recette savoureuse mixant avec équilibre un rhum premium et de très bons fruits naturellement muris au soleil. J'ai un sourcing spécifique sur chacune de mes matières premières et mon choix s'est porté sur un rhum agricole AOC des Antilles... Il faut savoir que les premiers rhums arrangés ont été produits en Martinique. Je trouve que le rhum martiniquais offre une palette aromatique incroyable. »

Rhum premium, fruits mûrs et fabrication à la bouteille

« Concernant la sélection des fruits de saison et en accord avec la réalité économique de l'entreprise, mon objectif est de travailler au maximum à l'échelle locale. Mes pommes viennent de Saint-Aignan de Grand Lieu, mes fraises de la Fraiseraie à Pornic, le pomme/poire bio est évidemment local, le kumquat est corse. En matière de fruits secs, le café est torréfié à Corcoué sur Logne, le cacao dans un bar à chocolat nantais... Il s'avère d'ailleurs que ce même cacao d'Haïti arrivait déjà à Nantes il y a près de 200 ans. Tous mes produits ont une histoire à raconter et c'est ce supplément d'âme qui permet d'incarner la philosophie de mes rhums arrangés. » Tous les fruits sélectionnés pour les Rhums de Ced' sont frais, muris naturellement, et cela vaut également pour les fruits exotiques (exception faite de la banane).

Ananas cueillis à parfaite maturité et livrés en 48H

« Les fruits sont muris sur arbre ou sur pied, cueillis à l'aube d'une maturité optimale. Nous avons même mis en place une logistique avec notre fournisseur d'ananas Victoria qui récolte nos ananas spécifiquement pour nous à parfaite maturité. 48H après leur récolte, les fruits sont coupés au couteau dans notre atelier et mis en bouteille à la main, bouteille dans laquelle a été préalablement mis le rhum avec un peu de sirop. Ce process manuel et très rapide à la bouteille permet de garantir que le fruit fraichement coupé a gardé son jus et donc toutes ses qualités. La priorité c'est le goût ! Une fois la bouteille bouchée, on laisse la nature agir au minimum un mois avant expédition du produit. Chaque date de mise en bouteille est imprimée au dos du flacon pour permettre au client de connaître la durée de macération ».

Macération en fûts de Sauternes, Pineau, Layon...

Afin de proposer toujours plus d'expérience à ses clients, Cédric n'hésite pas à tester de nouveaux concepts. « Beaucoup plus académique mais non moins original, j'ai développé des macérations en fûts de chêne afin de justifier la macération de fruits à coques qui vont prendre plus de temps à délivrer leurs saveurs et également pour rechercher le côté aromatique de l'alcool qui a été précédemment contenu dans le fût. Le Rhum arrangé vanille-noix de Macadamia macère ainsi pendant 6 mois en fûts de chêne de Cognac. Nous avons été précurseurs sur ce terrain et sommes toujours les seuls à faire macérer nos rhums en futs de chêne. Nous avons aujourd'hui 130 fûts de chêne ayant auparavant servi à Cognac, Sauternes, dans le Layon... »

Deux mois au fond d'un marais salant

En localisant son activité dans le pays de Retz près de Pornic, Cédric a développé une vraie logique de partenariats en matière de développement territorial. « J'ai la chance de faire de belles rencontres comme par exemple Mano des Salines de Millac avec qui j'ai créé le Point G et qui est dans une démarche hyper respectueuse de la nature. Je lui explique en 2014 que j'aimerais immerger des bouteilles de rhums arrangés dans ses marais salants. Mano et Nat, aimant bien les projets un peu fous, me donnent leur accord et nous voilà en train de déposer 200 bouteilles de rhum arrangé ananas Victoria au fond de leur marais. Deux mois plus tard, nous allons chercher les bouteilles et nous prenons une claque en dégustant ce rhum arrangé qui avait macéré dans le marais. Le rhum ananas a développé une salinité gastronomique aux arômes de caramel beurre salé... Un délice. Le Point G était né ! A l'instar des Salines, je suis super heureux du partenariat avec nos voisins de La fraiseraie pour qui nous développons toute une gamme de rhums arrangés : fraises-cacao, fraises-framboises, fraises-ananas et fraises-hibiscus. »

Le « Kiff » du projet collectif

En parallèle de ses Ti'Arrangés, Cédric et son équipe ont développé deux autres gammes : le Ti'Planteurs, facile à boire (12°) à base de rhum et de jus de fruits de Martinique & le Ti'Original destiné aux puristes du rhum et amateurs de spiritueux (40/45°) à qui ils veulent démontrer l'étendue de leur savoir-faire. En parallèle de leurs innovations et recherche permanente de qualité, il y a une chose sur laquelle Cédric a une attention particulière, c'est l'épanouissement de ses salariés. A la tête d'une équipe de 12 personnes en seulement cinq années, Cédric milite pour la prise de pouvoir collectif en bonne intelligence. « Je ne suis pas Zorro mais on a tous une responsabilité vis à vis de la société. La société actuelle nous pousse à nous renfermer sur nous même, les yeux rivés sur nos écrans de smart phone, moins de spontanéité dans les relations interpersonnelles, une difficulté à affirmer nos positions... Au quotidien, je m'active avec mon équipe pour changer cela. Je veux redonner ce goût du plaisir ensemble, le retour de l'humain. Ancien basketteur, forcément ça me parle. Mon dernier moment de fierté a été de voir l'un de mes salariés demander à porter le projet RSE (Responsabilité Sociale de l'Entreprise) que nous souhaitons mettre en place au sein de l'entreprise. Nous devons être capable, au cœur de notre développement, de continuer à innover, bousculer les à priori tout en donnant du sourire et en sachant rester soi-même ».

 

Un grand Merci à French Eldorado...

Cédric